Langue et identité au Groenland

Posté par Lenore Grenoble le 14 novembre 2011

English Español

Par Lenore Grenoble, Professeur de linguistique slave à l’Université de Chicago.


Groenland - (cc) destination arctic circle

Groenland - (cc) destination arctic circle

Un recensement effectué en 2009 révéla qu’une écrasante majorité de Groenlandais considèrent la langue comme un élément essentiel de leur identité.[1] Il est à peu près certain que par “langue”, en l’occurrence, ils signifient le groenlandais, ou kalaallisut, comme l’appellent ses locuteurs, la langue indigène du Groenland. Le groenlandais est une langue inuit formée par trois grands dialectes : les variantes nord (inuktun, ou avanersuarmiutut), est (tunumiisut) et ouest (kalaallisut). La langue standard, officielle, est basée sur le groenlandais ouest (kalaallisut). C’est la langue des médias (radio, journaux et télévision), utilisée à l’école, dans le gouvernement, et dans l’ensemble de l’administration.

Cela fait des années que la langue est au cœur des questions d’identité et d’autonomie au Groenland. Bien qu’encore officiellement rattaché au Royaume du Danemark, le pays n’a cessé de faire progresser la loi vers le contrôle de sa propre législation, tous domaines confondus, y compris celui de la langue. En 1979, l’Act 65 lui accorde un statut d’autonomie interne qui lui confère plus d’indépendance, et entre autres, fait du danois et du groenlandais les deux langues officielles du pays. Le transfert linguistique fut une des motivations principales à œuvrer pour l’autonomie ; militants et responsables politiques constataient déjà un glissement vers le danois dans les années 1960, et ils se sont battus pour inverser la tendance.

Ce travail continue aujourd’hui. En 2008 un référendum accordait au Groenland encore davantage d’autonomie, engageant une série de réformes et de transformations politiques mises en œuvre l’année suivante. Quand le gouvernement autonome prit le pouvoir, le 21 juin 2009, le Premier Ministre Kuupik Kleist souligna l’importance de la langue dans son discours d’investiture :

Aujourd’hui est un jour particulièrement important, car aujourd’hui, notre langue, le groenlandais, est désormais notre langue officielle. Langue et identité ne peuvent être séparées, et c’est pourquoi nous devons travailler dur pour assurer à notre langue un usage quotidien.

http://uk.nanoq.gl/~/media/332e97d7fc7e4cf5acc97c112aefa371.ashx

En résultent des efforts considérables pour promouvoir l’usage du groenlandais dans tous les domaines, des efforts encouragés par le Conseil de la Langue Groenlandaise (Oqaasiliortut) créé en 1979 en tant que branche officielle du gouvernement autonome.

Les groenlandais sont eux-mêmes profondément dévoués à leur langue, ils en sont les meilleurs défenseurs. Le groenlandais est la seule langue indigène parlée en Arctique dont le nombre de locuteurs se trouve être en train d’augmenter. Les enfants grandissent en parlant groenlandais, la langue se développe au sein de toutes les générations et de tous les domaines (à une exception près, l’enseignement supérieur, où l’on utilise encore le danois. Un déséquilibre linguistique qui ne sera compensé qu’en développant la formation et les outils pédagogiques nécessaires.)

Il est devenu difficile de croiser un groenlandais qui n’ait pas pleinement conscience de sa langue. Se faire une place dans un monde globalisé est l’un des défis auxquels font face le pays et la langue groenlandaise. La solution que j’entends le plus souvent est celle du multilinguisme, avec l’idée que les groenlandais ont besoin à la fois du kalaallisut pour vivre au Groenland, du danois puisqu’ils font partie du Danemark, et de plus en plus, de l’anglais pour pouvoir faire partie d’un monde économique, politique et intellectuel globalisé. L’avenir pour les groenlandais, c’est être les citoyens d’un monde moderne tout en maintenant leur identité inuit. La langue est une composante essentielle de cette identité.


[1] Poppel, Birger. 2009. Levevilkår i Grønland (6) – Det grønlandske sprog – en status ved

Selvstyrets indførelse. Sermitsiaq 14 juillet 2009.  http://sermitsiaq.gl/kronik/article90103.ece


Partager cet article :          Twitter        Facebook        Email        Wikio


1 commentaire


  1. Christian Rochefort dit :

    Il est merveilleux de constater que les Inuits savent préserver leur langue a travers les temps modernes.Ils ont ajoutés de nouveaux mots modernes a leur dictionnaire et l’enseignement de la langue est valorisée.Ils ont des gouvernements autonomes pour la plupart sauf les Inuits de la province de Québec au Canada.Une belle réussite pour eux est la création du Nunavut au Canada,un immense territoire avec une autonomie gouvernementale.J’ai confiance que la culture Inuit va survivre et c’est un bon modèle pour d’autres cultures.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*