Comment enseigner une langue maternelle… quand elle n’est plus langue maternelle ?

Posté par Colette Grinevald et Bénédicte Pivot le 17 décembre 2010

English Español

Colette Grinevald  et Bénédicte Pivot sont linguistes au laboratoire Dynamique Du Langage (DDL) de l’Université Lyon 2.
http://www.ddl.ish-lyon.cnrs.fr/led-tdr/

Quand la langue ethnique n’est pas langue maternelle mais une langue en danger à haute valeur symbolique identitaire pour sa communauté, quelle est sa place dans l’éducation formelle ?


L’UNESCO reconnait à chaque groupe ethnique des droits linguistiques qui favorisent le développement de programmes d’éducation bilingue. Ces programmes s’appuient sur les discours scientifiques qui ont montré que les apprentissages scolaires et le développement cognitif des enfants avaient de meilleurs résultats lorsque l’enseignement était dispensé dans leur langue maternelle (voir les articles de Tove Skutnabb-Kangas).


Mais, si les intentions sont bonnes, les discussions précédentes ont montré que ces programmes n’étaient pas faciles à mettre en place, même quand il y avait encore suffisamment de locuteurs.


Alors qu’en est-il quand en plus du manque de locuteurs la langue ethnique n’est plus une langue maternelle, au sens langue vernaculaire de premier apprentissage enfantin, mais reste néanmoins, aux yeux et au cœur de sa communauté « leur langue » et qu’à ce titre, ils veulent la revitaliser dans le cadre d’une éducation formelle ?


Les Ramas sont des Amérindiens du sud de la côte caribe du Nicaragua. Sur les quelques 3000 personnes qui composent la communauté rama, seule une trentaine d’entre eux sont encore locuteurs de leur langue ethnique. Ce qu’ils parlent  aujourd’hui entre eux est une variante du créole à base anglaise qui a été implanté par la population créole dominante. L’espagnol, langue officielle du pays n’est pour eux qu’une deuxième langue que peu dominent vraiment.


Mais dans le contexte du mouvement de revendication identitaire indigène national et amérindien des années 80, et alors que cette langue, le rama, qu’ils appelaient eux-mêmes « langue de sauvage », tiger language, était en train de disparaître, les chefs de la communauté ont demandé qu’elle soit revitalisée. S’en est suivie une démarche de revalorisation qui a été accompagnée dès le début par une équipe de linguistes extérieurs.


Vingt-cinq ans plus tard, l’attitude des Ramas vis-à-vis de leur langue ethnique a changé : celle-ci est devenue un « bien » précieux dont ils sont fiers, dont ils disent qu’elle est leur « langue trésor ». C’est « leur langue », our language, celle qui leur appartient et qui fait d’eux des individus identifiables, différents des autres groupes ethniques et surtout différents des Créoles.


Ils aident ainsi à remplir le dictionnaire encyclopédique en ligne du rama (www.turkulka.net) et capitalisent « mot à mot » leurs savoirs linguistiques. Ils se sentent satisfaits d’avoir pu en apprendre quelque chose, répondant que « oui ils connaissent la langue, car ils speak one one word… »


Cette langue leur permet par ailleurs de revendiquer la souveraineté sur leur territoire (reconnu par la loi depuis 2009), dont ils ont re-appris les toponymes en rama.


Ainsi, le rama a changé de statut ; il est devenu une « langue trésor » à forte valeur symbolique identitaire et démonstrative, qui n’a pas vocation à être reparlée couramment un jour, qui n’est pas et ne sera probablement jamais plus une langue maternelle, à l’instar du zapara de l’Equateur (voir l’article d’Anne-Gaël Bilhaut). Mais, cette langue trésor n’en reste pas moins objet d’une demande de la part de la communauté pour sa revitalisation dans le cadre d’un programme éducatif formel, auprès des enfants scolarisés.


Or la seule réponse institutionnelle aujourd’hui, qui s’appuie sur les droits linguistiques internationaux, passe par des programmes d’éducation bilingue qui ne savent pas faire la distinction entre langue ethnique et langue maternelle.  Il y a ainsi une absence de réflexion sur le statut particulier de ces langues en danger à forte valeur symbolique, qui deviennent objets de programmes de revitalisation sans avoir vocation à être re-vernacularisées.  Leur transmission pose la question d’une didactique appropriée à leur enseignement, qui reste à inventer.


Si ce défi n’est pas abordé en face, il continuera à régner une grande confusion dans les esprits des acteurs locaux de la revitalisation et d’un système d’éducation qui se veut multicuturelle et bilingue (ou multilingue) mais ne reconnait pas ce statut spécial de langue trésor.


Partager cet article :          Twitter        Facebook        Email        Wikio


2 commentaires


  1. Weinstein Charles dit :

    Le premier pas est franchi par les Rama: ils sont reconnus. Restent les problèmes « techniques ». Avec l’aide des pouvoirs et des savants, et avec du temps, ils sont solubles.
    La situation des Tchouktches de Russie est plus grave: leur langue existe, mais elle est peu (et mal) ou pas enseignée. Seuls les anciens la parlent encore. Elle est en train de disparaître devant l’omniprésence de la langue russe. Le problème n’est pas technique, mais politique: l’école est en russe, les dirigeants russes ignorent la langue tchouktche, voire ignorent les autochtones. Et si on élève la voix, on est accusé de « nationalisme » (si l’on est Russien) ou de s’ingérer dans les affaires de la Russie (si l’on est étranger). Voilà ce qu’est vraiment une langue en danger: une langue qu’on laisse ou qu’on fait mourir.

    • pivot bénédicte dit :

      effectivement, le problème des langues en danger est complexe et non unique. Le fait que les pouvoirs politiques nient la diversité linguistique de leurs pays et ne favorisent, voire répriment, les initiatives de soutien à la transmission ou au maintien des langues autochtones rend la situation de ces langues très critique et questionnant quant à leur devenir….
      se positionner et lutter pour la sauvegarde de la diversité linguistique est dans certains pays synonyme de mise en danger tant des « extérieurs » que des locuteurs eux mêmes.
      A chaque situation, son contexte… ce qui importe surtout ce sont les locuteurs, leur volonté ou non de « sauver » leur langue, et les moyens qui sont mis à leur disposition pour y parvenir.
      Mais, oui, il y a des langues qui vont « mourir », c’est triste, scandaleux aussi :-(
      c’est pour cela que toutes les initiatives de diffusion des expériences menées, des succès rencontrés, ou comme vous venez de le faire, tous les cris d’alarme sont nécessaires pour sensibiliser la population et les politiques !!!
      Allons du local au global…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*